Babil-Babel

Au-delà des langues : lire, parler, chanter avec le tout-petit et ses parents

 

24 janvier 2019, Angers

Journée d'étude gratuite, ouverte à tous,
en partenariat avec l'association Toile d'éveil

 LogoToileEveil Web

, la Ville d'Angers

 Angers Part Q

le programme 

  

LOGO ENJEUx CMJN3

            avec le soutien de la

 

FondationSNCF LogoNew
 

 


 

Favorisant une approche interdisciplinaire, le séminaire Babil-Babel s’est déployé à Angers le temps d’une année, associant professionnels de la petite enfance, de l’enseignement, du livre et des représentants des services de la Ville. Espace de transmission des savoirs dans un dialogue avec les pratiques, il interroge l’état des recherches dans les différents champs du langage, de la littérature jeunesse, du plurilinguisme et du multiculturalisme.
Cette journée d'étude, ouverte à tous, a pour but de partager ces connaissances pour les approfondir et imaginer ensemble de nouvelles pistes de réflexion.

 


 

8h30

Accueil du public

9h00

Mots d’ouverture

Avec Michelle Moreau, 1ère adjointe au maire, adjointe à la Vie des Quartiers, à la Vie Associative et à la Citoyenneté, Blandine Charrier, coordinatrice du programme EnJeu[x] et Christine Rosso, vice-présidente de l’Agence quand les livres relient

9h15

À la rencontre des familles

Focus sur un projet de l’association Toile d’éveil dans le quartier de Monplaisir à Angers.
Projection d’un court métrage en présence de la réalisatrice Ananda Safo.
Avec Aline Guérin, lectrice, Toile d’éveil, et Christine Hélot, sociolinguiste, membre du comité de pilotage Babil-Babel et grand témoin de la journée.

9h45

Lire avec les tout-petits… Que fait-on du parent et de sa culture ?

Par Sophie Ignacchiti

Le livre, l’histoire, la parole adressée à l’enfant portent le bébé dès ses premiers instants de vie et ne cesseront de le bercer au fil de son développement. Mais un bébé seul n’existe pas, il est ancré dans une relation à ses parents qui continuent à « porter » l’enfant même dans leur absence. Le parent, sa présence, sa culture, sa langue apportent à l’enfant des indices dans la construction de la relation au livre, objet médiateur de relation sociale et porteur de constructions psychiques. Le bébé, par la lecture partagée et la manipulation, se construit autour de cet objet particulier qu’est le livre et de la relation organisée autour de lui, là où nous sommes trois, l’enfant, le livre et l’adulte lecteur.
Le temps de cette journée d’étude, revenons sur les connaissance théoriques et pratiques sur l’intérêt du livre dans le développement du tout petit enfant et les spécificités inhérentes des relations bâties autour de lui dans un contexte de plurilinguisme et multiculturalité. 
Mon propos sera construit autour de trois axes :
- La place du livre et de l’histoire dans le développement du tout petit
- La relation de lecture partagée et l’importance de l’observation
- La qualité de relation et la prise en compte du parent présent ou symbolique dans l’entrée dans la culture et la construction de la posture de citoyen.

Sophie Ignacchiti est docteure en psychologie du développement. Ses travaux de recherche portent sur les rencontres du jeune enfant avec le livre ; le livre vu comme un objet à explorer par la manipulation et objet porteur d’une lecture partagée. Également psychologue de terrain, elle travaille en collaboration avec plusieurs structures petite enfance dans lesquelles elle accompagne des projets autour de l’accès au livre et de l’organisation des temps de lecture partagée.

10h45

Pause

11h00

Pour le bébé, l'image est une langue

Par Jeanne Ashbé

Dans ce temps préverbal qui caractérise l’entrée dans la langue, les bébés se montrent étonnamment réceptifs à une lecture symbolique, exprimée par le rythme, l’harmonie, les couleurs, les formes… Dans un album, tout fait sens pour le tout-petit qui y exerce son regard et face aux images développe une lecture interprétative qui lui est propre et parfois nous surprend.

La vie de Jeanne Ashbé est pleine d’enfants. Elle grandit dans une famille nombreuse, remplie d’amis, de cousins, de jeux, de fou-rires et de disputes ! Elle fait des études universitaires qui la mènent au Québec où elle travaille comme thérapeute du langage dans un très grand hôpital pour les enfants. À son retour en Belgique, elle met au monde une fille puis un garçon... Elle part habiter à la campagne et commence à illustrer des livres... d’école ! Mais très vite, ce sont ses propres textes qu’elle met en images. Elle a toujours dessiné et a la passion des couleurs : dans sa maison, chaque pièce a une couleur différente et il y a partout des bouts de tissu qui traînent et font des taches colorées par-ci par-là, comme dans ses livres... Elle a finalement eu cinq enfants qui n’arrêtent pas de grandir... et même des petits-enfants, tout nouvellement arrivés ! Elle cuisine souvent pour beaucoup de monde et joue du violoncelle... Elle est, à ce jour, l’auteure et l’illustratrice d’une soixantaine d’albums dont une grande partie s’adresse aux tout petits enfants. Elle travaille aussi pour la presse et anime des formations à la lecture aux tout-petits. Elle a obtenu de nombreux prix en Europe, en Asie et aux Etats-Unis, et ses livres sont traduits dans une douzaine de langues..

12h15

Favoriser les pratiques de littéracie plurilingue pour l’émergence d’une communauté éducative

Par Françoise Leclaire et Violaine Béduneau

Que ce soit les textes sur la refondation de l’école ou les études sur les effets de la pratique familiale dès le plus jeune âge sur la réussite scolaire, toutes les recherches interrogent l’implication des parents en tant que co-éducateurs. Mais questionner les modalités d’une co-éducation implique de questionner les moyens de « construire un corpus commun de valeurs éducatives à l’école et aux familles » (Fotinos, 2014). La littérature (et notamment la littérature de jeunesse dans ce qu’elle porte de récits explicatifs de la réalité, de mythes fondateurs) rend compte des valeurs partagées entre une culture et une autre, et constitue « le lieu emblématique de l’interculturel » (Abdallah-Pretceille et Porcher, 1996).
Nous présenterons et questionnerons plusieurs actions d’un dispositif associatif porté par l’AFaLaC, dans lequel langues familiales et littérature de jeunesse vont médier le rapport des parents à l’éducation, aux cultures et à l’écrit, leur permettant de se reconstruire comme co-éducateurs compétents, inscrits dans un indispensable processus de (re)connaissance de l’Autre.

Françoise Leclaire, psychopédagogue, chargée de cours à Le Mans Université et Paris V René Descartes en DDL, est collaboratrice au Centre de Recherche en Education de Nantes (EA 2661 CREN). Elle est cofondatrice de l’Association Famille Langues Cultures. Ses recherches s’inscrivent dans une perspective transculturelle (Moro, 1998) et portent sur les rapports entre contextes de pluralité linguistique inégalitaires et cohésion sociale, les conditions de réussite scolaire des enfants porteurs de langues(s) et de culture(s) autre que le français, les liens école-famille dans les « zones urbaines sensibles ».
Violaine Béduneau, après un mémoire de master 2 métiers du FLE traitant de l’impact de la reconnaissance des langues familiales à l’école sur les compétences psychosociales des parents , est coordonnatrice de projets à l’AFaLaC.

12h45

Déjeuner

14h00

Promenade pour petits et grands dans les livres d’Ici et d’Ailleurs

Sous la forme d’une conversation, éditeurs et auteurs jeunesse nous convient à une ballade dans leurs livres bilingues ou traduits. Ensemble, découvrons leur ligne éditoriale, leur démarche artistique et les collections qu’ils proposent aux tout-petits et à leurs parents. Une invitation au voyage dans un lointain accessible.

Avec Mathilde Chèvre, auteure-illustratrice, directrice des éditions Le port a jauni, éditeur d'albums et de poésie bilingues français-arabe, Loïc Jacob, éditeur et co-fondateur de HongFei Cultures, et Chun-Liang Yeh, auteur, éditeur et co-fondateur de HongFei Cultures.
 Animé par Sylvie Douet, formatrice-médiatrice en littérature jeunesse.

15h15

La littérature de jeunesse, un espace pour philosopher avec les jeunes enfants

Par Edwige Chirouter

Il n’y a pas d’âge pour se poser des questions philosophiques et apprendre à penser. Les pratiques de la philosophie à l’école primaire se développent partout dans le monde — et en France en particulier — depuis une trentaine d’années. Ces pratiques dès le plus jeune âge visent à développer une pensée critique et complexe, et permettre aux futurs citoyens d’être conscients des enjeux du monde contemporain. En permettant aux enfants de s’exprimer sur des sujets sensibles et penser par soi-même, elles développent aussi l’estime de soi et peuvent contribuer à une meilleure adaptation scolaire et sociale. Pour le jeune enfant, la littérature de jeunesse est un fabuleux terrain d’aventure pour aborder les questions philosophiques.

Edwige Chirouter est maître de conférences, HDR, Université de Nantes, et titulaire de la Chaire UNESCO « Pratiques de la philosophie avec les enfants ».

16h15

Grandir ensemble dans un monde multilingue

Synthèse des échanges de la rencontre et mise en partage par Christine Hélot

Professeure des universités émérite (anglais), sociolinguiste, Christine Hélot (site officiel) enseigne depuis 1991 à l’Université de Strasbourg et dirige des recherches sur le bilinguisme en contextes familial et scolaire. Elle est le grand témoin de la journée.

17h00

Clôture de la journée

Avec Caroline Fel, adjointe au maire déléguée à la Famille et à l'Enfance.


Une table de livres en lien avec les thématiques de la journée vous est proposée
par la librairie La Luciole
4, rue des Poêliers 49100 Angers


lieu

Salle de spectacle Maison pour tous Monplaisir

3, rue de l’Écriture
49100 Angers